calendor.fr
Partager
0 items Votre panier
Votre panier 0 items

Découvrez notre Blog

Evènements & Actualités

La « guerre » du Camembert

OPÉRATION CAMEMBERT CE MARDI 2 AVRIL AU SÉNAT

Une conférence de presse-dégustation était organisée par plusieurs sénateurs normands pour défendre le camembert normand « de Normandie » au lait cru, moulé à la louche.

C’est ce qui s’appelle en faire tout un fromage : deux semaines après une distribution de camemberts au lait cru à l’Assemblée, les sénateurs normands ont à leur tour sorti mardi les « claquos » pour promouvoir cette fois le « véritable camembert de Normandie ».

LAIT CRU CONTRE LAIT PASTEURISE

Le sujet de la discorde – ou du « débat intensément républicain », selon les termes du critique gastronomique Périco Legasse, est un accord conclu l’an dernier pour que cesse la guerre entre le camembert normand « de Normandie » (au lait cru, moulé à la louche) protégé par l’Appellation d’origine protégée, et son avatar industriel, « fabriqué en Normandie », au lait pasteurisé.

Conséquence de cet accord, à partir de 2021, la mention « fabriqué en Normandie » disparaîtra, et l’AOP « de Normandie » pourra être au lait pasteurisé. En échange, ses conditions de production sont durcies. II devra comporter au minimum 30 % de lait de vaches normandes nourries majoritairement à l’herbe dans une zone couvrant la Manche, l’Orne, le Calvados et une partie de l’Eure.

AOP A DEUX VITESSES

La crème du camembert en quelque sorte, est exclusivement au lait cru, avec une production comportant 66 % de vaches normandes. Mais aussi l’absence totale d’OGM dans leur alimentation.

« La guerre du camembert est finie », veut croire M. Mercier. Mais Mme Richez-Lerouge, qui a assisté à la conférence de presse, n’a pas désarmé. Selon elle, l’introduction de « deux niveaux de gammes » dans une AOP « va créer une instabilité juridique ».

You might also like